Photonics, faire des affaires est devenu plus humain

Secteur

Location

partager cette histoire via

'Impossible ne fait pas partie de notre vocabulaire!'  C’est la devise de Titeca Accountancy. Chaque jour, nos experts dialoguent et co-entreprennent avec nos clients-entrepreneurs.

 

Fiers des nombreux clients qui n’ont pas baissé les bras, nous leur donnons la parole dans notre rubrique 'les héros entrepreneurs de Titeca', car même en période difficile, nous devons surtout 'faire et continuer à faire' !

 

Comment l’entreprise se porte-t-elle ? 

 

Nous avons posé la question au client-entrepreneur Pieter Lambert, gérant de Photonics à Zottegem, une entreprise spécialisée dans la location de matériel audiovisuel.

 

"Nous travaillons 24h/24, 7j/7. Beaucoup plus qu’avant en réalité… alors que 90 % de nos activités normales ont cessé. Photonics, fondée en 2004, louait initialement des vidéos. Nous louons aujourd’hui des écrans LED mobiles et du matériel sonore et lumineux.  Nous exploitons aussi Sotto’s, un hall événementiel situé à Zottegem. Notre activité est donc uniquement axée sur les grands événements."

Comment avez-vous été impactés par le confinement ?

 

 "Jusqu’au 13/03, nous nous attendions à un agenda bien chargé, avec un été riche en festivals, le Tour des Flandres et d’autres classiques de la petite reine, des concerts live, la Waregem Koerse, des jumpings, des braderies, etc.  Le championnat d'Europe de football était aussi au programme, un projet énorme pour lequel Photonics avait été désigné fournisseur attitré d’écrans vidéo pour quelque 150 événements dans 32 villes et communes.

 

Avec l’arrivée de la pandémie du coronavirus, tous les événements planifiés ont soudain été annulés ou reportés « jusqu’à nouvel ordre ».  Nous avons aussi été contraints de fermer notre hall événementiel Sotto’s à Zottegem.  En deux semaines, notre carnet de commandes était vide, avec aucune perspective de revenus pour le reste de l’année."

S’adapter pour ne pas couler

 

"Au début, nous avons passé beaucoup de temps à réfléchir à ce qu’il fallait faire. Nous avons fait du brainstorming avec nos collaborateurs, clients et fournisseurs, et envisagé toutes sortes de solutions pour générer un minimum de revenus. 

 

Nous avons eu l’idée de transformer un bout de tarmac inutilisé sur le site de Sotto’s en bar éphémère en plein air. Nous avons travaillé d’arrache-pied. Grâce à l’aide d’amis et de sympathisants, Sotto’s de Zomerbar a vu le jour, en l’espace de 9 semaines. L'ouverture au public a eu lieu mi-juin  et s’est déroulée avec succès."

 

Sans la crise du corona, nous n’aurions jamais eu l’idée de louer Sotto’s en tant que site outdoor. Entre-temps, nous avons déjà reçu plusieurs demandes d’entreprises qui souhaitaient louer la terrasse extérieure pour des fêtes de moindre envergure.

 

Voyez-vous des opportunités, toujours et partout ?

 

"L’Allemagne, le premier pays d’Europe qui eut l’idée des cinémas en plein air, a fait appel à Photonics pour la location de notre plus grand écran vidéo mobile (100 m2). Ce qui m’a donné une idée pour la Belgique.  La prairie du festival de Rock Zottegem me semblait être l’endroit rêvé pour un cinéma drive-in ou un concert. 

 

Soutenu par la commune, je suis allé trouver le cabinet Wilmès en Jambon, qui opposa d’abord un non catégorique. Commença alors une période de pourparlers, où il fallut garder courage et continuer à chercher des solutions pour développer le concept drive-in dans notre pays.

 

Les assouplissements des mesures se succèdent à un tel rythme que nous devons sans cesse revoir nos plans.  Nous espérons pouvoir bientôt proposer des spectacles live selon un concept walk-in, où des bulles de 15 spectateurs prennent place autour d’une table, séparées du reste."

 

 

Qu’est-ce qui vous donne le sourire ?

 

"Tous les acteurs du secteur événementiel sont dans le même bateau. La solidarité est très forte. Les entretiens avec les clients et les fournisseurs ne concernent plus tellement le prix le plus bas aux meilleures conditions. L’aspect humain est davantage au cœur de l’entreprise, avec un réel élan d’entraide pour s’en sortir ensemble."

"N’attendez pas que la crise du corona soit terminée! Il est donc essentiel de réfléchir à la manière de repositionner votre entreprise sur le marché en utilisant votre savoir-faire et votre expérience."  

Foto Pieter Titeca.jpg

Votre conseil pour un collègue-entrepreneur ?

 

N’attendez pas que la crise du corona soit terminée! Je pars du principe que tant qu’il n’y aura pas de vaccin, les événements de masse seront interdits. Même pour les événements de danse plus restreints, la solution n’est pas encore en vue.

 

Il est donc essentiel de réfléchir à la manière de repositionner votre entreprise sur le marché en utilisant votre savoir-faire et votre expérience. Cela demande du temps, des efforts et de l’énergie, souvent pour un petit rendement, mais c’est le seul moyen de se relever de cette période incertaine!

Histoires liées