Investir en 2019 ? Une idée judicieuse !

partager cette publication

Une nouvelle phase de l’accord estival du gouvernement Michel entrera en vigueur dès 2020. Dans le contexte du coût de financement relativement favorable dû aux faibles taux d’intérêt, cette réforme fiscale suggère qu’il pourrait être intéressant pour vous d’investir dans votre entreprise en 2019.

 

 

Modification des règles d’amortissement

 

Les règles d’amortissement des sociétés changent pour les nouveaux investissements consentis à partir de 2020, et ce, quelle que soit la date de clôture de l’exercice. La date d’achat, généralement la date de la facture, est cruciale pour éventuellement échapper aux règles d’amortissement plus strictes.

 

Première nouveauté : le système d’amortissement dégressif sera abrogé à partir de 2020. Ce système ne s’appliquait de toute façon pas à certains investissements tels que les voitures de tourisme, les vélos de société, etc. Concrètement, pour un investissement d’une durée de vie de 5 ans, la fin du système implique qu’un maximum de 20 % peut être amorti annuellement à partir de 2020, alors qu’en optant pour un amortissement dégressif en 2019, l’investissement peut être amorti jusqu’à 40 %.

 

Toutes les entreprises seront, en outre, tenues d’amortir pro rata temporis à partir de 2020, ce qui n’est actuellement le cas que pour les grandes entreprises. L’amortissement acté durant l’année de l’achat est ainsi limité à partir de la date d’achat. Dès 2020, il ne sera donc plus possible d’investir juste avant la fin de l’exercice pour pouvoir comptabiliser d’importants amortissements supplémentaires. Un investissement acheté 10 jours avant la fin de l’exercice ne peut être amorti que 10 jours (au lieu de 365 jours aujourd’hui).

 

Enfin, les petites entreprises peuvent inclure les coûts supplémentaires d’un investissement dans l’investissement (ce qui est obligatoire pour les grandes entreprises), mais elles peuvent aussi choisir d’amortir ces coûts en une fois ou d’appliquer une autre période d’amortissement. Cette dernière possibilité est supprimée à partir de 2020.

 

 

Diminution de la déduction pour investissement

 

Les entreprises unipersonnelles et les petites entreprises peuvent appliquer la déduction pour investissement aux nouveaux investissements, à l’exception des investissements dont l’utilisation est transférée à des tiers, des voitures de tourisme et des biens qui ne sont pas intégralement utilisés à des fins professionnelles. Cette déduction fiscale s’ajoute à l’amortissement. La déduction pour investissement sera ramenée de 20 % en 2019 à 8 % en 2020, soit une réduction de 12 % de la déduction fiscale dans l’année d’achat.

 

 

Diminution de l'impôt sur les sociétés

 

À partir de l’exercice fiscal 2021, soit l’année civile 2020 si la date de clôture est le 31 décembre, le taux de l’impôt sur les sociétés passe de 29,58 % à 25 %. Le taux réduit sur les 100.000 premiers euros de bénéfice baisse aussi, quoique de manière plus limitée, de 20,40 % à 20 %. Cette baisse de taux induit qu’un même coût génère un moindre avantage fiscal.

 

 

Réforme de la fiscalité automobile

 

À compter de l’exercice fiscal 2021, la formule qui permet de déterminer la déductibilité des coûts liés aux voitures de tourisme sera également modifiée. La part déductible diminuera pratiquement pour toutes les voitures et même de 25 % pour certains modèles.  

 

Si vous achetez une voiture en 2019, le premier amortissement (qui ne doit pas être limité pro rata temporis cette année) est encore déductible aux taux plus favorables, tout comme la TMC.

 

 

Exemple

 

Si une petite entreprise investit dans une nouvelle machine de 100.000 euros pour son usage propre, la différence d'avantage fiscal entre un investissement au 31 décembre 2019 et au 1er janvier 2020 peut s’élever à 5.748 euros. Investir est assurément une idée judicieuse, surtout en 2019.

 

 

Taux d'intérêt en hausse

 

Le 12 septembre, la BCE a abaissé son taux d’intérêt à court terme de -0,4 % à -0,5 %. La banque centrale souhaite ainsi inciter les banques à accorder des prêts encore plus facilement. Le taux à court terme (12 mois), défini par le marché monétaire, est toutefois passé de -0,384 % à -0,294 % entre le 2 septembre et le 21 octobre. Le taux à long terme (10 ans), fondé sur des prévisions macroéconomiques, est, en outre, à nouveau passé en territoire positif le 16 octobre, pour la première fois depuis août. Malgré la politique expansionniste de la BCE en matière de taux d’intérêt, cette hausse devrait se poursuivre au cours des prochains mois. Cette hausse attendue des taux d’intérêt pourrait motiver la réalisation d’investissements en 2019.

 

Pour obtenir de plus amples informations à ce sujet, contactez-nous par téléphone au numéro 051 26 82 68 ou par e-mail à l’adresse info@titeca.be.